Portrait de Moocer : Halzer

Pour accompagner le lancement de la nouvelle version du MOOC « Écrire une œuvre de fiction », nous vous proposons une série de portraits des participants de la première session. Aujourd’hui, Halzer.

Pourquoi écrivez-vous ?

Parce que j’aimerais mettre de l’ordre dans ma tête et dans les histoires que je me raconte. La plupart sont un mélimélo de concepts et de fantasmes pas vraiment dignes d’être accouchés par l’écrit, mais d’autres méritent au moins que je les mette au propre. J’écris pour combler les trous entre deux images et avoir l’histoire complète dans ma tête.

Que voulez-vous écrire ?

Ce qui me vient à l’esprit. Dans l’idéal donc, des romans. J’aimerais bien me remettre à la poésie, qui est ce que j’avais commencé par écrire mais mon écriture poétique est de plus en plus devenue de l’ordre de l’intime, du coup plus qu’un blocage critique (qui existe) j’ai surtout un blocage pudique.

Qu’avez-vous pensé de ce MOOC ?

Il était très intéressant pour redémarrer la machine. Il m’a surtout permis de me rendre compte que je n’avais pas trop perdu la main. Pour le reste je développe plus bas.

Quel auteur nous recommandez-vous de lire ?

André Gide. La lecture des Faux-Monnayeurs est à mon avis quelque chose d’indispensable pour comprendre le fonctionnement de l’écriture et les liens tissés entre réalité vécue et imaginaire. Et ainsi comprendre qu’on n’invente jamais vraiment rien, assumer cette vérité puis se remettre de manière bien moins grandiloquente à l’écriture.

Reviendrez-vous dans la seconde session de ce MOOC ?

Sûrement.Pour accompagner le lancement de la nouvelle version du MOOC « Écrire une œuvre de fiction », nous vous proposons une série de portraits des participants de la première session. Aujourd’hui, Halzer.

Pourquoi écrivez-vous ?

Parce que j’aimerais mettre de l’ordre dans ma tête et dans les histoires que je me racontent. La plupart sont un mélimélo de concepts et de fantasmes pas vraiment dignes d’être accouchés par l’écrit, mais d’autres méritent au moins que je les mettent au propre. J’écris pour combler les trous entre deux images et avoir l’histoire complète dans ma tête.

Que voulez-vous écrire ?

Ce qui me vient à l’esprit. Dans l’idéal donc, des romans. J’aimerais bien me remettre à la poésie, qui est ce que j’avais commencé par écrire mais mon écriture poétique est de plus en plus devenue de l’ordre de l’intime, du coup plus qu’un blocage critique (qui existe) j’ai surtout un blocage pudique.

Qu’avez-vous pensé de ce MOOC ?

Il était très intéressant pour redémarrer la machine. Il m’a surtout permis de me rendre compte que je n’avais pas trop perdu la main. Pour l reste je développe plus bas.

Quel auteur nous recommandez-vous de lire ? (répondre un seul nom)

André Gide. La lecture des Faux-Monnayeurs est à mon avis quelque chose d’indispensable pour comprendre le fonctionnement de l’écriture et les liens tissés entre réalité vécue et imaginaire. Et ainsi comprendre qu’on n’invente jamais vraiment rien, assumer cette vérité puis se remettre de manière bien moins grandiloquente à l’écriture.

Reviendrez-vous dans la seconde session de ce MOOC ?

Sûrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *