Proposition de réforme de la langue française afin de combattre l’angoisse de la page blanche.

 

DQ - ACADEMIE FRANCAISE

Le 22 janvier 2014,

 

Académie Française

Service de la réglementation lexicale

23, quai de Conti
75270 Paris cedex 06 – CS 90618

 

Madame, Monsieur,

 

Je vous écris pour vous proposer la suppression de la possibilité de conjuguer le verbe « arriver » au futur, sous une forme négative. Je propose qu’on ne puisse plus dire ou écrire « Je n’y arriverai pas ».

 

Voyez-vous, j’encourage toutes les personnes que je connais à écrire. Car écrire est la possibilité de déployer librement son intelligence, sa sensibilité et sa créativité. Et, très souvent, on me répond : « Je n’y arriverai pas » (« Je n’arriverai jamais à écrire cette nouvelle, ce roman, etc. »).

 

Or, ces personnes sont pourtant intelligentes, créatives, elles aiment lire. Donc, elles devraient écrire. Mais elles sont leurs pires ennemies. Je pense que cette correction mineure, par voie réglementaire, de la langue française, les aiderait beaucoup. Si elles cessent de se dire qu’elles n’y arriveront pas, elles y arriveront.

 

(pause)

 

Bon, me relisant, je me dis que cette proposition ressemble un peu trop à une idée sortie du roman 1984 de George Orwell. Oubliez. Par contre, n’hésitez pas à acheter le manuel Oser écrire son premier roman*. L’effet sera le même, mais la manœuvre sera plus simple à exécuter.

 

David

 

*http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/manuel-pour-ecrire-son-premier-roman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *