Soutiendriez-vous DraftQuest sur Tipeee?

unbelievable

DraftQuest, du 6 au 14 mars, vous proposent de participer à un test.

DraftQuest, c’est une application en ligne et un MOOC qui vous aident à écrire des fictions. DraftQuest est gratuit et nous désirons que cela reste gratuit. Pourquoi ?

D’abord pour une question de principe : DraftQuest est un outil d’éducation, or, l’éducation doit être pour tous. Ensuite pour une question très pratique : une communauté d’écrivains en herbe a besoin de diversité. Or, certains de nos participants ont des moyens, d’autres non. Maintenir la gratuité de DraftQuest, c’est éviter que notre communauté devienne trop homogène.

tipeee-logo-com

Donc, du 6 au 14 mars, je vous propose de participer à un petit sondage, qui consiste à dire si vous seriez susceptible, chaque mois, de verser quelques euros à DraftQuest, sous le format d’un abonnement. Si vous voulez participer à ce sondage, il suffit d’aller sur cette page.

Le 14 mars, à la lumière des résultats de ce sondage, je déciderai si, oui ou non, nous mettons en place de système.

Ce système permettrait à DraftQuest de continuer à s’affiner, à se doter de nouvelles fonctionnalités, de nouveaux MOOCs.

Pour faire simple : DraftQuest envisage de solliciter ses fans pour qu’ils nous soutiennent dans ce que nous faisons déjà.

Cela peut sembler étrange de donner pour un contenu qui, de toute façon, est gratuit. En fait, il n’y a qu’une raison de donner à DraftQuest : parce que DraftQuest le mérite. DraftQuest est fait avec passion et fonctionne. Des dizaines de romans réussis en sont sortis. Et des dizaines de personnes qui rêvaient d’écrire ont franchi le pas et écrivent désormais de manière quotidienne.

Donc, si vous voulez participer au sondage, c’est par ici.

C’est tout pour aujourd’hui !

thatsall

A moins…

A moins…

A moins que vous vouliez poursuivre la conversation !

En effet, cette idée de sonder notre communauté vient de deux choses. Tout d’abord, d’une difficulté à améliorer le service DraftQuest en l’absence de ressources. Ensuite, d’une discussion avec les participants du groupe Facebook du MOOC DraftQuest (que vous pouvez rejoindre ici !).
Attention, c’est une conversation qui est longue… et qui n’est pas finie !

Merci à Sylvie, Lynda, Sturm, Hélène, Nicole, Gustave, Marie, Maggy, Gro Filoo, Lbs, Moody, Jonathan. Ce sont eux qui ont participé à cette discussion dont je vous résume le déroulement.

brainstorming

Brainstorming geek.

 

Question : mais pourquoi faire un nouveau financement participatif alors que le précédent n’a pas été livré ?

Les fans de la première heure savent que nous avons financé avec succès le manuel DraftQuest et que ce manuel n’est pas encore sorti. Ce projet devrait sortir, mais a connu beaucoup de mésaventures. Première mésaventure : j’en suis l’auteur. Par une ironie tragique, mon travail sur DraftQuest a pendant un certain temps réduit mon travail créatif à néant, si bien que trouver le temps d’écrire ce manuel a été très difficile. Deuxième mésaventure : ce manuel devait sortir sous la bannière des Editions Aux forges de Vulcain, une maison que je dirige. Mais, peu à peu, je me suis rendu compte, ce qui fut douloureux, que les Forges n’étaient pas la meilleure maison pour porter ce manuel, car elle n’est pas reconnue pour produire ce genre de manuel. J’ai donc récemment décidé que ce manuel sortira sous la bannière DraftQuest, directement, en impression à la demande. Nous sommes en train d’organiser cela.

Question : Okay, le manuel va sortir. Alors, pourquoi ne pas en faire la source de revenu de la plateforme DraftQuest ?

Une livre, en soi, n’est pas un très bon moyen de financer DraftQuest: en effet, un livre est un objet qui a une marge très faible. Et comme ce livre ne va pas non plus être tiré à des dizaines de milliers d’exemplaires, il va à peine être équilibré. C’est le côté positif : j’ai un pied dans une startup, et un autre dans une maison d’édition et l’expérience de l’édition me montre ce que l’on peut espérer, et ce que l’on ne peut espérer.

scrooge-mcduck-make-it-rain

Question : Alors justement, si DraftQuest est une startup, pourquoi ne pas lui trouver des investisseurs ?

C’est une bonne question. DraftQuest est initialement né grâce au Labo de l’édition, un incubateur parisien. Un incubateur, c’est un lieu qui permet à des startups de se créer et de grandir. Nous avons passé trois ans au Labo de l’édition. Sans la gentillesse, l’énergie et l’enthousiasme des gens qui animent le Labo, il n’y aurait pas de DraftQuest. Ce séjour m’a permis de rencontrer nombre d’investisseurs. Des « business angels » comme des « venture capitalists ». Et ces multiples expériences m’ont appris une chose : DraftQuest n’a pas, actuellement, une forme qui permet d’avoir des investisseurs.

Un: DraftQuest, c’est principalement un créateur. Pas une équipe. Or, une startup a plus de chances de réussir avec une équipe diversifiée et complémentaire. C’est statistiquement vrai et faux. Vrai : une équipe, c’est mieux qu’un gars tout seul. Faux : cela n’implique pas qu’un gars tout seul ne peut réussir.

Deux : non seulement je suis seul, mais je n’ai guère le profil du bon startuper. Je n’ai pas fait d’école de commerce, ni d’école d’ingénieur. C’est une bonne raison et une mauvaise raison. Bonne raison : comme DraftQuest ne possède pas certaines compétences en interne, elle va les chercher en externe, cela rend les choses plus complexes. Mauvaise raison : souvent, la question opérationnelle de ce manque de compétence n’est même pas examinée – on est dans la réserve qu’inspire l’inconnu, l’inconnu étant la personne qui n’a fait ni école de commerce, ni école d’ingénieur.

Trois : DraftQuest est lié à deux secteurs, le culturel et l’éducation. Le culturel inspire une peur panique aux investisseurs qui pensent souvent que ce secteur recherche du mécénat, pas des investisseurs. Pour l’éducation, le tableau est un peu moins noir. Cela étant, il faut noter que nombre d’investisseurs ont une méconnaissance de ces deux secteurs – il est sans doute préférable qu’ils n’investissent pas dedans.

Conclusion : DraftQuest n’aura pas, avant un temps certain, d’investisseurs.

Remarque : les critères qui structurent actuellement l’écosystème des startups en France sont peut-être erronés. Après tout, on créée beaucoup de startups, on les aide beaucoup, mais les résultats sont faméliques pour l’instant. Mais la démonstration de cette mauvaise organisation collective, je n’ai guère les moyens de la faire de manière théorique. Je vais la faire de manière pratique : faire marcher DraftQuest. Si DraftQuest s’impose, ce sera la preuve que ces critères de sélection des startups, sans être faux, ne sont pas systématiquement vrais.

Donc : il faut imposer DraftQuest. Or, ce que l’on oublie souvent, c’est qu’une startup, c’est simplement la première étape de la naissance d’une entreprise. Et une entreprise ne vit que si elle a des clients. Des clients qui lui achètent quelque chose.

come_to_the_darkside_by_sali666

Question : alors, pourquoi ne pas vendre des choses ?

Bonne question. DraftQuest vend déjà des services – sous la forme d’ateliers d’écriture « IRL » (« in real life » : cela veut dire, un atelier en dur, avec des gens autour d’une table). Ce sont des ateliers pour adultes, collégiens ou lycéens. Ces ateliers sont des succès, dans la mesure où ils se remplissent, et que les gens sont heureux : je pense que ces ateliers ont effectivement aidé des gens. D’ailleurs, vous pouvez vous inscrire à ces ateliers, ici, ou leur faire de la publicité si vous désirez aider DraftQuest à se développer. Mais la beauté de DraftQuest est justement de dématérialiser les ateliers d’écriture. Cela permet d’ouvrir les ateliers à des gens qui ne pourraient pas se les payer. Cela permet d’ouvrir les ateliers à des gens qui sont à l’autre bout de la Terre. Cela permet de participer à toute heure. Et cela casse la structure verticale de l’atelier classique, qui ressemblera toujours trop à une classe. En toute honnêteté, je ne pense pas qu’écrire puisse s’enseigner. Mais cela peut s’apprendre. Et on peut autant apprendre au contact de ses pairs que d’un hypothétique « professeur en écriture ». Donc, les ateliers, c’est bien, mais c’est pas tout. Il faut que nous ayons des clients pour notre activité immatérielle.

Question : D’accord ! Alors, vendez des produits numériques ! Pourquoi pas ?

C’est en apparence l’idéal, mais c’est là où vous allez voir que les investisseurs, que je critiquais plus haut, ont quand même souvent raison : comme DraftQuest n’a pas été fondé par un développeur, les développements importants de DraftQuest doivent être achetés. Si je veux, par exemple, que DraftQuest soit un jour une application mobile, je dois trouver un peu de sous. Souvent, les startups développent un premier produit livrable, font quelques ventes, vont voir des investisseurs qui leur donnent des sous pour développer l’activité à partir de ces beaux débuts. Là, nous avons une application en ligne, mais pas plus.

Question : pourquoi tu n’apprends pas à coder ?

Cela me tente. Mais je manque de temps. Et le temps que je devienne un bon codeur (si j’y arrive), les utilisateurs de DraftQuest seront morts de vieillesse. Non, je préfère me concentrer sur ce que je sais faire. Bon, et puis, DraftQuest a 6000 utilisateurs. C’est pas mal pour un projet dont le fondateur ne sait pas coder.

ScottPilgrimSuicide

David en train de coder.

Question : Bon, bah, alors, qu’est-ce que tu sais faire ?

Je crois que je commence à savoir bien accompagner des auteurs. J’ai de bonnes notions de pédagogie. Donc, je peux faire des MOOCs, et inventer des exercices d’écriture. Plein de choses, en fait. Mais pas coder. Bon, cela dit, même un MOOC cela demande un peu de sous. Il faut du temps pour l’écrire. Du temps pour filmer. Parfois, du matériel pour filmer. Il faut du temps pour animer la communauté. Il faut payer les serveurs.

Question : tu ne veux pas que le MOOC devienne payant ?

Non ! Par contre, je crois que, juste après la fin de cette quatrième saison, je ferai passer un chapeau, via Paypal.

Question : un chapeau ? Qu’est-ce que c’est ?

Eh bien, quand j’étais étudiant, j’étais dans une troupe de théâtre. Une année, on a joué le Bourgeois gentilhomme de Molière et nous avons fait une tournée autour de Pézenas. Dans certaines villes, pour toutes sortes de raisons pratiques, nous ne pouvions installer de caisse à l’entrée. Mais on faisait passer un chapeau à la fin. Un vrai chapeau dans lequel les gens mettaient ce qu’ils voulaient. Le plus intéressant étant que généralement, nous récoltions plus avec le chapeau qu’avec la caisse. Ce qui prouve que les gens, quand ils sont contents, sont prêts à aider. Ils ne sont pas mus par la radinerie, mais par la loyauté et la générosité.

take my money

Question : donc, ce Tipeee, c’est du chapeau ?

Euh, oui et non. A la fin de la saison 4 du MOOC, j’enverrai un mail à tous les participants et je leur dirai, si vous voulez donner quelque chose, donnez. Le montant est laissé à la discrétion de chacun. Mais ce sera indicatif de la valeur perçue du MOOC. Par contre, le sondage pour Tipeee, c’est différent : c’est un encouragement à soutenir tout le projet DraftQuest, d’une manière régulière.

Question : tu ne veux pas mettre de la pub, tout simplement ?

Non. Je déteste la pub. C’est le mal.

Question : ah, tout de suite ! Mais là, on parle entreprise, pas morale. Tu te crois où ?

Mais la morale et l’entreprise ne sont pas opposées. Ou plutôt, si : souvent, la nécessité économique s’oppose à la nécessité morale. Mais je suis, je pense, comme tout le monde : je pense que la morale et la politique sont plus importantes que l’économie qui est à leur service. Le but de DraftQuest est d’aider les gens à écrire. Ce serait bien de faire cela sans les exploiter. En plus, la pub, cela rend idiot. Bon, et d’un point de vue très pratique, pour générer des revenus importants avec de la publicité, il faut une fréquentation massive. Ce n’est pas le cas de DraftQuest. Pas encore.

Question : bon, alors je suppose que, de la même façon, tu ne vas pas faire payer très cher du conseil éditorial ?

Non. C’est une demande récurrente : David, peux-tu me donner ton retour professionnel sur mon texte ? Bon, d’une part, si c’est mon retour « professionnel », je dois te faire payer très cher. D’autre part, je ne suis pas sûr de la valeur de mes conseils. En gros, quels que soient mes conseils, il n’est pas sûr que tel texte, même bon, trouve un éditeur. Donc, autant se concentrer sur le cœur de DraftQuest : créer une plateforme qui permet à chacun d’écrire au quotidien, de progresser, de se constituer un premier cercle de lecteurs. Et le tout à un prix très modeste.

Question : bon, alors tu peux résumer ?

Oui, bien sûr. DraftQuest vous invite à participer, jusqu’au 14 mars, à un sondage, pour déterminer combien de personnes sont prêts à verser, gracieusement, avec générosité, une petite somme mensuelle pour permettre à DraftQuest de continuer à se développer.

Thank You, script lettering

Thank You, script lettering

Laissez des commentaires, écrivez-moi : cette page est appelée à évoluer !

Test jusqu’au 14 mars ! Vous pouvez voter. Et faire voter. Le 14, je déciderai si on propose effectivement cela !

  1. Bonjour David, je viens d’aller voter sur Tipee. J’ai voté oui, mais j’aimerai tout de même apporter deux remarques:
    1) Etant toujours réticent à toute forme d’engagement ou d’abonnement, je préférerais mettre un somme ponctuelle dans le chapeau.
    2) Tipee indique une somme théorique basée sur un don moyen de 9 €; étant souvent un peu tendu au niveau des finances, je n’envisagerais pas de donner plus de 4 ou 5 euros sur une base mensuelle.
    Merci pour ton travail.

  2. Salut Samuel!

    Merci de ton message! Désolé du retard de ma réponse: j’étais à « Livre Paris » (nouveau nom du Salon du livre de Paris) et j’ai été bien occupé sur mon stand!

    Deux réponses: je vais laisser « libre » le montant que chacun pourra donner: ce sera intéressant de voir à combien les utilisateurs évaluent le service. Et je vais sans doute faire un chapeau en fin de MOOC.

    Mais cela m’amène à te poser une question. Et, par là même, à poser cette question à toute la communauté. Ce que j’aimerais en fait, c’est faire un « chapeau » (via Paypal) la première semaine de mai pour, grosso-modo, récolter un peu de sous pour la saison 5 du MOOC qui risque d’être très différente de la saison en cours (histoire de ne pas se répéter). Mais, avant cela, j’aimerais mettre en place un Tipee, qui n’aurait pas pour but de financer seulement le MOOC, mais toute la plateforme. Qu’en penses-tu? C’est lié au fait que le MOOC est saisonnier alors que la plateforme tourne tout le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *